Analyse de Minidraco, Draco et Dracolosse, by Haldar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Analyse de Minidraco, Draco et Dracolosse, by Haldar

Message par Haldar le Ven 17 Avr - 22:31

Minidraco #147 / Draco #148 / Dracolosse #149

=>=>


Parler de la lignée évolutive de Minidraco, c’est effectuer un retour aux origines des Pokémon dragons. Seuls Pokémon de la 1G à posséder ce type, Minidraco et ses évolutions y étaient des Pokémon considérés alors comme « légendaires ». Comment ce caractère a-t-il évolué depuis la 1G ? Quelle valeur cette lignée a-t-elle conservée tandis que les autres Pokémon dragons ne cessaient de se multiplier ?

Cette question est primordiale et d’une actualité brûlante si l’on considère la prolifération de dragons que nous a apportée la 4G. Néanmoins, cela ne devra pas nous faire oublier que cette lignée a gardé une particularité propre dans ce monde des dragons. Il conviendra de définir laquelle.

I. Entre légendes et réalité

Ce qu’il faut avoir d’emblée à l’esprit lorsque l’on aborde cette lignée, c’est qu’il s’agissait, dans le PokéDex de la 1G, des derniers Pokémon avant Mewtwo. Lignée ultime, la lignée de Dracolosse l’était d’autant plus que le seul dresseur à avoir des Pokémon dragons était Peter, le dernier dresseur du Conseil des 4 avant le Maître. Si le Maître de la ligue ( soit votre rival dans la 1G ) est le dernier dresseur, Mewtwo est son équivalent dans l’ordre des Pokémon. Cela donne à cette lignée un rôle d’antépénultième : c’est la lignée du passage, c’est elle qui ouvre la porte vers la destination finale du voyage initiatique du dresseur.

Pokémon d’entre-deux, Minidraco est le point de départ d’une lignée qui va poser problème. Ultime, cette lignée arbore un caractère légendaire qui en fait le centre de nombreuses légendes. La description PokéDex de Minidraco dans la Bleue et la Rouge indique que Minidraco a longtemps été considéré comme un Pokémon mythique mais qu’une colonie a récemment été découverte. Entre singulier et pluriel, Minidraco nage en eaux troubles. Son caractère dragon et sa place à la fin de tout suggéraient un caractère de Pokémon unique que le jeu s’amuse tout de suite à inverser.

Alors légendaires ou non ? Pour essayer de mieux cerner cette question, faisons un petit tour par l’étymologie. Si l’on regarde les noms Minidraco, Draco et Dracolosse, on remarque immédiatement qu’ils sont tous construits autour de la racine latine draco. Ce terme signifie en latin « serpent » puis, par extension, « dragon ». L’idée de serpent éclaire ici la forme initiale de cette lignée. Créatures ondulantes au long corps effilé, Minidraco et Draco sont des serpents et le « dragon » comme nous l’avons en tête n’apparaît qu’avec Dracolosse. Cette racine du draco est à relier au fait que Minidraco pose la question de la rareté. Qu’est ce qu’un Pokémon rare voire « légendaire » ou « mythique » ? C’est tout simplement un Pokémon qui échappe au regard, qui est tellement sinueux que l’œil ne peut l’attraper. Cette relation entre Minidraco et le regard est très prégnante dans la 1G. Pokémon que l’on trouve dans la dernière zone du Parc Safari, Minidraco se trouve à proximité de la Cabane secrète du parc. Lieu que personne n’a réussi à découvrir avant le héros, la Cabane est secrète car elle est difficile à voir.

Nous allons nous arrêter sur ce point pour considérer un moment particulier de l’histoire de cette lignée. Je pense bien entendu à la Cristal. Cette version a repris l’Antre du dragon de OA mais en l’approfondissant. Le doyen du clan pose en effet de multiples questions afin de voir si vous méritez l’ultime badge de Johto. Encore une fois, le rôle de porte vers la destination finale du héros peut se retrouver ici. Cependant, ce qui m’intéresse le plus c’est que ce Minidraco s’obtient en répondant à des questions sur le lien entre un dresseur et son Pokémon. La récompense est l’obtention d’un Minidraco unique possédant l’attaque Vitesse extrême. Attaque où le Pokémon disparaît dans les graphismes de la 2G, Vitesse extrême est l’attaque du faux fuyant absolu mais un faux fuyant désormais maîtrisé. Après avoir saisi le sens de son lien grâce aux questions du chef du clan des dragons, le dresseur peut maîtriser ce qui échappe par définition au regard : la fugitive sinuosité de l’affection.

De là, découle le fait que le rival du héros vient s’entraîner dans l’Antre du dragon après sa défaite finale du Plateau indigo contre le héros. Défaite annoncée par sa défaite contre le Dracolosse de Peter à Acajou, l’échec du rival le pousse à vouloir saisir ce lien d’affection entre lui et ses Pokémon. Et quel lieu était plus approprié pour cela que le repaire de la lignée de Minidraco ?

Même si elle n’est pas « légendaire » car non unique, cette lignée reste une lignée du mythe. Entre visible et invisible, elle représente un ordre d’idée qui existe dans la réalité mais que la réalité ne peut exprimer en tant que tel…

II. Entre ciel et mer

Ainsi, le caractère de mythe reste très ancré dans cette lignée. On peut penser ici à la description de Dracolosse dans le PokéDex de la Cristal. Il y est stipulé que les Dracolosse vivent sur une île loin au-delà des côtes. Créature de légende, Dracolosse nourrit les fantasmes de toute une population : celle des hommes de la mer.

Ce lien à la mer est à voir au niveau des localisations de cette lignée au travers des différentes générations. Minidraco et Draco ont toujours été des Pokémon à pêcher. Du Parc Safari de Kanto au sommet de la cascade du Mont Couronné de Sinnoh en passant par l’Antre du dragon et la Route 45 de Johto, cette lignée est indissociable de l’élément aquatique. Dans la 4G, ils ne peuvent être pêcher qu’avec la Méga Canne. Canne allant le plus loin sous la surface, la Méga Canne ouvre une nouvelle dimension de ces Pokémon. En haut de la cascade et dans le lieu le plus proche du ciel de l’univers Pokémon, Minidraco et Draco sont en même temps tapis dans les profondeurs.

Pour mieux comprendre cette dimension, revenons aux références qui sous-tendent cette lignée. Je n’en ai pas encore parlé mais les dragons de l’univers Pokémon ont, bien entendu, une forte résonance mythologique. Derrière ces Pokémon, se profile l’ombre des dragons chinois. En Chine, les dragons n’ont pas la forme qu’on leur associe dans la culture occidentale. A la forme serpentine, le dragon chinois est réputé pour ses pouvoirs météorologiques et est considéré comme un symbole de la puissance impériale. Depuis le PokéDex de la 1G, il est précisé que Draco possède une aura capable de changer le temps. Cette aura climatique semble disparaître lors de son évolution. Dracolosse n’a plus ce pouvoir sur le ciel et les eaux mais acquiert une paire d’ailes lui permettant de voler au-dessus des mers. Le PokéDex de la Or indique que Dracolosse survole les mers en sauvant les gens sur le point de se noyer. Ce caractère de sauveur inespéré fait de lui un Pokémon que l’on admire et qui fascine. Comme son nom l’indique Dracolosse est une combinaison de « draco » et « colosse ». Face à la forme colossale ( qui est celle du pouvoir ), la forme serpentine a disparu. Cette grande différence morphologique entre Draco et Dracolosse pose, bien évidemment, problème. Comment l'interpréter ? Si l'on songe au Conseil des 4 de la 1G, Peter disposait de deux Draco dans son équipe. Dans un Conseil où tous les Pokémon étaient des évolutions finales, cela peut être vu comme dû au fait que les dragons étaient si peu présents dans la 1G que l'on s'est trouvé dans l'obligation de mettre des Draco. Une telle explication se tient mais il convient de voir que ce choix a fait de Draco un égal de Dracolosse. Pokémon à part entière, Draco est aussi important que Dracolosse dans cette lignée. Tout Draco n'est pas voué à devenir Dracolosse s'il veut garder ses perles et son pouvoir mystique ( l'évolution des Draco de Peter dans la 2G peut être vu comme représentative de ce Kanto qui a permis tout mystère ). Néanmoins il reste toujours un lien entre Draco et Dracolosse : celui de cet ondulant permanent qu’est la bonté.

Comme la mer ou le vent, Dracolosse est un Pokémon que l’on ne voit jamais. Il n’est dit que par le biais de légendes et de récits populaires. Mais, pourtant, il est toujours présent. Juste que l’on ne peut pas le saisir.

Je fais faire une pause ici. J’aimerais aller plus loin sur la question du lien entre cette lignée et la Cristal. Si on se réfère au PokéDex de la Argent, on trouve que les pouvoirs climatiques de Draco dépendent de son orbe de « cristal ». Ce détail n’est pas à prendre à la légère. Comme on l’a vu jusqu’ici, le lien entre la lignée de Minidraco et la version Cristal est des plus forts. Objet contrôlant le climat, la sphère de Draco peut être vue comme annonçant les orbes de la 3G. Pokémon de passage, la lignée de Minidraco apparaît comme le pont entre la Cristal, dernière version de la 2G, et la 3G ( placée sous l’égide des maîtres du climat que sont Kyogre et Groudon ).

Cependant, la 2G a aussi amené le déclin de l’hégémonie de cette lignée. Désormais, les profondeurs sont le domaine d’Hyporoi tandis que Dracolosse se retrouve face à un frère ennemi : Tyranocif. Tout comme Minidraco et Draco, Ymphect va obtenir la capacité spéciale mue à partir de la 3G. Alors que la peau qui tombe de Minidraco provient du rayonnement de son énergie vitale ( PokéDex Rubis et Saphir ), la mue d’Ymphect est au contraire une mue nocive bien opposée à la lueur bienfaitrice de la lignée de Minidraco.

Ayant désormais un rival à sa mesure, Dracolosse s’est vu peu à peu remplacé par d’autres Pokémon dragons à partir de Hoenn. Trop liée à Ebenelle, la lignée évolutive de Minidraco ne pouvait que céder la place. Comme le PokéDex de DP l’indique, Minidraco est appelé le « Pokémon mirage ». Cela le lie aux oiseaux légendaires de Kanto dont la rareté ouvre tout un jeu du regard. A leur côté dans le PokéDex, les dragons de la 1G ne sont plus que des mirages après la 2G et la fin de Kanto. Ce qu’il reste d’eux à partir de la 3G, ce sont des lieux comme l’Ile Mirage : un lieu au milieu de la mer et qui n’est en fait nulle part. C’est en creux que la valeur de cette lignée peut désormais s’exprimer.


Pour conclure cette assez longue analyse sur la lignée évolutive de Dracolosse, je voudrais revenir sur la phrase de Peter dans la 1G. Parlant du « glas de la défaite », le dresseur de dragons annonçait la fin d’une lignée qui était déjà une lignée qui était sur la brèche. Trop près de la fin, Dracolosse et ses pré-évolutions ne pouvaient que se faire aspirer par ce vide dont ils ne cessent d’ouvrir la voie. Part de ténèbres, Tyranocif est le dragon de l’autre côté du rideau, le dragon étant passé par le Mont argenté. Ce lieu est l’incarnation de la rivalité, du dédoublement de celui qui était jusque là le seul à être aussi près du mythe…

Merci à Bulbapedia pour ce Minidraco et ce Dracolosse tirés de DPP ainsi que pour ce Draco tiré de la Or.
Analyse complétée grâce au travail d'AEC Evoli sur l'alternative Draco / Dracolosse. Un grand merci à lui.
avatar
Haldar
Membre alpha

Nombre de messages : 121
Age : 29
Localisation : Acajou, nord de Johto
Date d'inscription : 31/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://analysateam.taguilde.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum